11 personas buscadas por INTERPOL


jueves, 2 de mayo de 2013

Financement des salafistes : sévère mise en garde d'Obama au Qatar



Barack Obama. D. R.

1. MAI 2013 - 12:03

Obama vient d’adresser une sévère mise en garde au Qatar accusé d’encourager les groupes terroristes islamistes qui agissent en Syrie. Le président américain dit avoir des preuves que le Qatar et la Turquie arment les terroristes d'Al-Nusra et d’autres groupes liés à Al-Qaïda que la Maison Blanche a inscrits sur sa liste noire. L’attitude des dirigeants américains ne peut s’expliquer que par le fait que les Saoudiens ont dû se plaindre devant les Etats-Unis contre le Qatar. L’Arabie Saoudite s’est retirée de la dernière réunion des «amis de la Syrie» à Istanbul en signe de protestation et de désaccord contre le comportement qatari en Syrie. Washington se retourne donc contre son «enfant gâté», le Qatar qui, en fait, encourage et finance, au vu et au su de tout le monde, les groupes terroristes partout dans la région. Des observateurs ont noté que les groupes islamistes contraints de quitter le Mali ont rejoint la Tunisie et la Libye, deux pays qui étaient stables et où l’islamisme était efficacement réprimé mais qui ont été transformés par le «printemps arabe» en sanctuaires du terrorisme. Les groupes islamistes armés représentent une menace sérieuse pour la Tunisie qui n'a pas les moyens de les combattre. De toutes les façons, le pouvoir aux mains d’Ennahda de Ghannouchi n’a pas la volonté de combattre les salafistes qui font ce qu’ils veulent dans ce pays. Pis, Ennahda tolère et sert même de couverture aux agissements des salafistes, la frontière entre «modérés» et «radicaux» étant très floue. Les «radicaux» ont donc toutes les facilités pour constituer des cellules d’entraînement au «djihad», pour s’équiper en matériel de communication ultrasophistiqué et acquérir des armes en vue d’actions terroristes contre la Tunisie, actions qui ont déjà commencé, mais aussi sans doute contre l’Algérie voisine. Devant l’incapacité de Tunis à affronter le terrorisme islamiste, Al-Qaïda veut en faire sa base arrière pour, bien sûr, mener des opérations contre l'Algérie où l'ANP a prouvé sur le terrain qu'elle était de loin supérieure aux terroristes d'Al-Qaïda, même armés et financés par le Qatar et les services secrets occidentaux. En somme, Tiguentourine était un test «négatif» pour tout ce «beau monde».

Kamel Moulfi