11 personas buscadas por INTERPOL


sábado, 10 de noviembre de 2012

Le sentiment anti-algérien, une stratégie méditerranéenne franco-US ?


Pierre Dortiguier

Il est des questions que doit se poser celui qui reprendra le dossier de l’affaire Merah dont on peut dire qu’elle aura joué le rôle du 11 Septembre, en France, mais un 11 Septembre du pauvre, car nous ne sommes pas dans le même ordre de grandeur ; néanmoins, le geste obscène produit publiquement par M. Longuet, ancien ministre des Armées, en entendant, filmé hors caméra, la question posée sur ses sentiments envers l’Algérie demandant ce que la France n’a cessé de demander à l’Allemagne, n’aurait, certainement, pas été possible, sans le précédent de la tuerie de l’école juive et des autres soldats ! Jamais un homme politique soucieux de réélection ne s’affiche, ainsi, devant même les seuls journalistes. Il est permis et même nécessaire d’épiloguer sur l’affaire Merah, car la mort du garçon empêche tout jugement assuré de sa propre culpabilité ; et à tout le moins peut-on reprendre l’idée émise par le père d’une des victimes musulmanes de la caserne de Montauban, M. Albert Chennouf :

 « Je pense que lorsqu’on va au Pakistan, en faisant un crochet, par Israël, ce ne peut être qu’avec la complicité des services français »

Il n’y a donc pas que l’assassin qui était masqué ! Mais un aspect symbolique frappe tous ceux qui ont suivi l’histoire des relations franco-algériennes et leur dégradation ! L’attentat en question contre l’école israélite, qui a permis d’offrir une cause nationale à M. Hollande, a été perpétré le jour même de l’entrée en application des accords d’Evian du 19 mars 1962, qui avaient commencé d’être discutés le 7. L’on peut dire que cette coïncidence temporelle devrait, au moins, psychologiquement, avoir frappé l’ancienne et la nouvelle Algérie ! Notons, à cet égard, que ces accords étaient ceux d’un cessez-le-feu et prévoyaient une consultation algérienne, dont le résultat prévisible de l’indépendance avait été, légalement, rendu recevable, par le référendum du mois de janvier précédent. Les relations franco-algériennes ont été bâties, sur ces accords, et la question, par exemple, du repentir ne se posait plus, car la France cédait l’ensemble de ses installations, pour que, de part et d’autre, l’on partît sur une base équitable et non que l’on vécût, sous une pression réciproque.

C’est pour cela que la demande algérienne de condamnation des crimes coloniaux, quoique fondée, moralement, dans le contexte historique actuel, ravive le ressentiment de couches coloniales et militaires - les mêmes qui ont renversé De Gaulle et se sont toujours déclarées atlantistes - et conduit, objectivement, à élargir - mais au profit de qui ? là est la question géopolitique - le fossé entre les deux rives de la Méditerranée. C’est pourquoi l’affaire Merah, dont on reparle sans cesse, en donnant un ressort plus énergique à la fraternisation avec le sionisme promu représentant du judaïsme français, ajoutée à l’agitation de M. Longuet, que l’on voyait inspecter nos troupes, en Afghanistan, - un ministre aussi ancien militant de droite Algérie française, à l’époque, où le jeune Hollande défendait la même thèse familiale -, ouvre, en réalité, comme en 1942, l’Algérie à l’influence US.

La France, avec les États-Unis, a dessiné une stratégie d’engagement de l’Algérie, dans le conflit avec l’Aqmi, sorte de nouvel Al-Qaïda, ou Al-CIAda, comme on l’entend dire, par exemple, en Syrie patriote ! Par ce moyen, avec l’attitude du loup, dans le conte du Petit-Chaperon rouge, les Américains - forts du froid provoqué de France même avec l’Algérie, qui est de culture française et politiquement gaulliste - se présenteront comme le seul rempart devant un terrorisme menteur, qui prétend combattre l’Occident mécréant et les USA, mais, en réalité, est un épouvantail meurtrier sorti de la boîte du même magicien que celui du 11 Septembre ! De nombreux « militants » jugés radicaux sont expulsés de France, en sachant qu’ils pèseront sur le pouvoir algérien, et, donc, cette ambiguïté s’amplifie d’un régime socialiste bien plus fanatisé que le précédent, avec deux visages : l’un crie contre le danger du fanatisme, et l’autre lui indique la route, comme si on poussait des renards, dans le poulailler !

Qu’est-ce qui est en jeu, et, aussi, qu’est-ce qui nous permet de dessiner cette hypothèse d’une subversion, soit intérieure, fort difficile, soit extérieure, matériellement plus envisageable de l’Algérie ? Il faut revenir au principe posé par M. Sarkozy d’une « Union pour la Méditerranée ». Cette mer est le passage des énergies, dont l’Amérique a grand besoin, non pas tant pour son existence reposant sur de vastes réserves intérieures, mais pour maintenir les prix. Le contrôle s’impose donc, avec, par conséquent, l’éloignement des concurrents russes et chinois, entamé par la mise à sac, démocratiquement - par Al-Qaïda interposée - de la Libye.
La politique turque a des variantes, mais une obligation, celle de souscrire à cette politique énergétique, sous peine d’être secouée par l’explosion du baril de poudre kurde ! Il ne reste, Syrie mise à part, que l’Algérie qui n’est pas inscrite dans le rang : le Maroc, quelle que soit sa couleur parlementaire ou la personnalité de sa monarchie, royale ou d’aventure républicaine, a un boulet aux pieds : le commerce des narcotiques, et cela vaut une occupation militaire étrangère. La Tunisie est ruinée, et indécise, faible, démographiquement. Seule, l’Algérie, est à neutraliser, à défaut de pouvoir la plier subversivement. C’est le sens de la future guerre malienne, contre un ennemi, non pas, factice, mais une organisation terroriste, dont les ficelles sont trop grosses, pour qu’on ne voit pas qu’elles conduisent à l’Africom ! Parler de néo-colonialisme français est, dans ces conditions, un anachronisme ; car la France agit, comme un exécutant, ce qu’a montré la déclaration toulousaine de Hollande ; car notre pays épouse des causes, y identifie la sienne, mais ne sait plus se définir par un projet mondial ou local spécifique.

Comment ne pas apercevoir que le voyage, en Orient, de Hollande, au Liban, est en rapport avec cette même Union pour la Méditerranée ? Il s’agit de faire fondre toute velléité de résistance libanaise, en forçant ce pays francophone à accepter d’étouffer la Syrie, à ouvrir sa porte à une intervention que Laurent Fabius appelle à grands cris ! Ce n’est point, seulement, une vue personnelle, de la part de ces hommes, mais la conformité à un projet, déjà, dessiné, après le rattachement au commandement unifié de l’OTAN. Cette fusion va s’accélérer, au fur à mesure que notre faiblesse européenne va se montrer aux yeux, non pas seulement, de nos partenaires, mais de l’opinion publique française. C’est en prévision de ce moment, très proche, qu’est lancée cette double campagne anti-algérienne et anti-libano-syrienne ! De ce point de vue, l’on ne saurait reprocher à Hollande quelque incohérence, ni même une fermeté, sauf que cette dernière lui est imprimée par le tuteur nord-américain. 

Pour définir cette dernière stratégie, il convient de se reporter au pilier de la politique nord-américaine, dans le monde musulman et arabe. Il porte le nom des accords du Quincy - signés sur le navire US Quincy -, et c’est leur existence, qui menace l’indépendance, hier, libyenne, aujourd’hui, syrienne ou algérienne : « Le pétrole contre le dollar », ainsi croit-on résumer l’accord en question conclu entre Séoud et Roosevelt, le 15 février 1945, juste au moment de l’incendie de Dresde ! Là il s’agit d’un plus long feu, celui qui court, en Orient, depuis lors, et ne s’éteint guère ! L’essentiel du compromis portait sur une constance des prix de l’énergie, pour ne pas mettre en cause la suprématie des États-Unis. Un moyen de s’en assurer (la chose n’a peut-être pas été assez étudiée) fut de tenir une base, qui soit une menace, pour tous les pays de la région, l’entité sioniste et son actuel monopole nucléaire.

 L’Arabie saoudite a reçu, j’entends la dynastie, l’assurance de se maintenir contre les révolutions nationales, et le fait est que le Golfe Persique est l’endroit le plus sûr de la flotte américaine, en premier, à Bahreïn, qui est le cœur du dispositif. Avant la formation de la République islamique d’Iran, les relations entre l’Iran et Israël étaient fortes, pour justement maintenir l’Iran dans un état de surveillance de son potentiel énergétique. La chute du régime a donné une plus grande importance aux pays pétroliers arabes, en réalisant, partout, ce que les États-Unis et leurs alliés réclament : la dénationalisation de l’énergie, et corrélativement, l’abandon du contrôle étatique du pouvoir et des échanges bancaires. Là est le critère du bon fonctionnement de la démocratie libérale.

La Syrie et l’Algérie doivent donc, sur ce point, et uniquement à cause de lui, être mises au pas. Les sanctions anti-iraniennes ont le même sens, et pour les justifier, la défense de l’entité sioniste productrice de l’inimitié contre elle -à cause de sa politique offensive et spoliatrice - sert de cause occasionnelle, de prétexte. L’on voit, donc, combien est naïve la partie démocrate qui ne juge que des formes politiques, pour apprécier la signification, la valeur, le mérite ou l’importance d’un gouvernement, d’un « régime » dit-on ; cette naïveté est un voile jeté sur des accords frauduleux que l’on prend soin de cacher ou de minimiser. Le motif de toutes les démarches diplomatiques états-uniennes est de s’assurer du contrôle de la zone productrice d’énergie. Au régime de Tel-Aviv de surveiller la route de Suez, le transit vers la méditerranée, à l’Arabie saoudite, au Qatar, au Conseil de Coopération du golfe Persique, de remplir le même office, face à l’Iran.
A l’horizon, se profile un vaste territoire, que l’on sait non entièrement exploité, celui qui est sous l’autorité de la Russie ; et la fermeture de la Méditerranée, comme dans l’histoire encore proche du 19e siècle, n’est qu’une façon de mobiliser les riverains vers une autre « Guerre de Crimée », bien plus vaste, conclue par le traité de Paris (1856), et où, cette fois, encore, la France croira gagner des lauriers utiles à sa gloire, comme, autrefois, mais, surtout, profitable à la nouvelle Angleterre que sont les États-Unis ! Serait-ce le rêve de Fabius ?