11 personas buscadas por INTERPOL


miércoles, 5 de diciembre de 2012

A Daraya, l’armée syrienne nettoie pendant que l’ASL commet des attentats, détruit et vole



Le Monde et l’AFP sont obligés de le reconnaître : l’ »offensive » rebelle n’a pu empêcher la reprise du trafic de l’aéroport international de Damas dès vendredi…

Les rebelles qui mènent des opérations dans plusieurs localités autour de la capitale ont essayé ces derniers jours sans succès d’élargir leur champ d’action au cœur de Damas avec la complicité hallucinante des médias atlantistes qui présentent imperturbablement tout succès ponctuel ou limité des rebelles comme s’il était définitif et vital suggérant ainsi que les affaires de la rébellion sont bien florissantes.

Tachons de faire le point depuis notre dernier article mis en ligne le 25 novembre sur les deux nouveaux fronts stratégiques – et médiatiques.

Une rébellion qui excelle dans l’art des attentats contre les civils

Prenons seulement quatre exemples frappants, un à Jaramana, un deuxième à Dummar, un troisième à Jdeidet Artouze et le quatrième à Daraa :

1- Jaramana, la chrétienne-druze et l’acharnement sanguinaire de l’ASL

Bien que cette petite ville très moderne dans la périphérie sud-est de Damas ne connaisse aucune présence militaire de l’armée syrienne elle est fréquemment ciblée par les miliciens islamistes assez présents dans le secteur de la Ghouta Orientale. En effet, mercredi dernier, quatre explosions successives ont secoué la ville faisant plus d’une cinquantaine de morts. L’un des habitants a déclaré à la chaîne syrienne Al-Ikhbarya : « Jaramana est une petite reproduction de la mosaïque syrienne unique. Si une seule pièce tombe, tous se baissent pour la recueillir ».

Un lien vidéo de l’explosion et la cérémonie des martyrs d’une ville forte, digne et unie contre le terrorisme :

http://www.youtube.com/watch?v=mH61EPFkuW4&list=UUuD15-hA3hh_qX7YqwHrgag&index=4&feature=plcp

2-Dummar, banlieue ouest de Damas

Pour la deuxième fois en moins de deux semaines d’intervalle, un minibus faisant le trajet entre Damas et Dummar a été attaqué ce jeudi 29 novembre faisant deux morts et 14 blessés tous des civils parmi eux des enfants selon la télévision syrienne. Le dernier attentat en date remonte au 19 novembre : il avait fait trois morts et une dizaine de blessés.

http://www.youtube.com/watch?v=Fidji_WkqJo

3-Jdeidet Artouz, banlieue de Damas

Une voiture piégée a explosé mardi dernier faisant deux morts et quatre blessés tous des civils avec des dégâts matériels très importants touchant notamment des appartements des habitants :

http://www.youtube.com/watch?v=9OIVonYjuoo

4-Deraa, deux morts dans l’explosion d’une voiture piégée transportant des légumes

Mercredi, un kamikaze s’est fait exploser en conduisant un pick-up piégé qui transportait des légumes dans le quartier ouest de la ville de Bussra, province de Deraa, faisant deux morts et 7 blessés. Selon une source sécuritaire, ce candidat au paradis s’est fait sauter lorsque des civils se sont approchés de lui. Cet attentat a aussi endommagé un bâtiment de trois étages.

Damas mène une vie normale et Daraya connait une grande opération militaire

Nous avons évoqué dans notre article mis en ligne le 25 novembre la situation de la banlieue de Damas où les miliciens islamistes radicaux continuent à semer destruction et désordre, notamment dans plusieurs localités de la région de la Ghouta orientale, à l’est et au sud de la caîtale : Zamalka, Daraya, al-Hajar al-Aswad, Harasta et Tadamone.

http://wikimapia.org/#lat=33.499967&lon=36.3203378&z=11&l=2&m=b&search=dam

Cependant, Damas reste calme contrairement à ce que les médias occidentaux nous racontent, genre « les violences ont gagné en intensité et atteint surtout la capitale », et les communications téléphoniques fonctionnent normalement à Damas comme à Lattaquié, propos confirmés par nos amis qui ont pu joindre leurs proches sans problème. Et nous pouvons dire la même chose concernant l’aéroport international de Damas. La caméra de Sana, la nouvelle chaine syrienne, a, par ailleurs, réalisé ce vendredi 30 novembre un reportage à Damas :

https://www.facebook.com/photo.php?v=301807099931304

Et un autre reportage sur la route de l’aéroport international à Damas filmé ce même vendredi 30 novembre :

http://www.youtube.com/watch?v=mp-Z7AzQqUw&feature=player_embedded#!

À Daraya, l’armée poursuit le grignotage méthodique des positions rebelles

Une partie de la campagne de Damas, notamment la Ghouta orientale, qui se trouve sous le contrôle des rebelles, est un champ de bataille depuis plusieurs jours et connait sans relâche attaques et contre-attaques, notamment à Tadamone (article mis en ligne le 18 novembre) et, plus récemment, Daraya.

En effet, cette petite ville au sud-ouest immédiat de Damas qui s’étend jusqu’à Nahr Aïcha connait depuis deux semaines environs une présence assez importante des miliciens armés, mais l’armée syrienne a décidé depuis quelque jour de lancer une grande opération de nettoyage et voici le décryptage d’un reportage réalisé jeudi 29 novembre par Hussein Murtada, correspondant de la chaine iranienne arabophone al-Alam à Damas :

- Une première vue panoramique du quartier semble indiquer qu’il a souffert des combats. Les combats, on en entend d’ailleurs le bruit (d’armes automatiques) dans le reportage.

- « Les bâtiments, vides de leurs habitants, connaissent une présence massive de francs-tireurs présents aussi dans la célèbre mosquée d’al-Khallani » explique Hussein Murtada posté sur un balcon.

- De loin, l’armée bombarde une position appartenant aux miliciens et on voit, en effet, une longue colonne de fumée.

http://www.youtube.com/watch?v=i8hr7p6OY8Q&feature=youtu.be

Un autre reportage, plus long, de la télévision syrienne réalisé le même jour montre l’avance de l’armée syrienne à Daraya jusqu’à la rue Corniche où se trouve le journaliste syrien. De même, le reportage montre aussi les dégâts causés par les miliciens armés qui n’ont pas hésité à occuper un jardin d’enfant, le détruisant et le transformant en champ de bataille :

http://www.youtube.com/watch?v=m3E5alCvN6s

Il est à signaler que certaines sources parlent de la présence de deux à trois mille miliciens armés dans la ville d’où la réaction rapide de l’armée syrienne surtout vu la position stratégique de la ville, limitrophe du quartier (ouest de Damas) de Mazzeh : ce dernier a beaucoup souffert de ses obus de mortier mais depuis quelque jours aucun obus n’est y tombé ce qui veut dire que l’armée a fait un bon travail.

Les zones rebelles adossées à la frontière turque, d’Idleb à Alep

Les médias ont parlé ces derniers jours des exploits anti-aériens de la rébellion, qui a revendiqué la destruction en vol d’un hélicoptère (mardi) puis d’un avion de combat (mercredi) dans le secteur nord-ouest d’Alep. À l’évidence, ces succès ont été obtenus grâce aux missiles sol-air. Cependant, bien que la possession d’armes anti-aériennes soit un atout incontestable pour les rebelles, elle n’empêche pas l’aviation syrienne de poursuivre ses sorties : le barrage de Techrine à l’est d’Alep, pris en partie par l’ASL a été aussitôt bombardé tout comme la banlieue est de Damas l’est actuellement de l’aveu même de l’OSDH.

Alep et sa province : l’armée multiplie ses interventions

Plusieurs miliciens ont été tués ces derniers jours par l’armée syrienne à Alep parmi lesquels un certain Omar al-Abdallah, un Libyen, dans une opération d’envergure à Moussalamaniya à Alep. Il est à souligner que la brigade libyenne Liwaa al-Umma de Madi Harati est très active dans la région Alep et sa région. De même, l’armée syrienne a attaqué un rassemblement de rebelles dans la même région et a détruit neuf véhicules transportant des armes et de munitions.

Toujours à Alep, la chaîne libanaise al-Manar dit que l’armée a tué 17 rebelles qui tentaient de s’infiltrer dans la région de Layarmoune (dans l’ouest d’Alep), et a détruit un véhicule blindé et une voiture équipée de mitrailleuse anti-aérienne. Elle a également confisqué de grandes quantités d’armes, notamment des fusils automatiques, des roquettes de type RPG, des mitrailleuses et décimé des groupes appartenant à al-Qaïda dans plusieurs zones de la ville.

De même, des violents accrochages ont été signalés jeudi 29 novembre dans le quartier de Bustan al-Pacha (nord-est d’Alep) et très exactement près de la Kaziyeh d’Alep, quartier dont les miliciens de Tawhid et Nusra contrôlent une bonne partie. Voici une vidéo amateur de ces accrochages :

https://www.facebook.com/photo.php?v=120912608068718

Cependant, toute la partie ouest d’Alep continue de mener une vie normale et les étudiants fréquentent quotidiennement son université.

Tentative d’encercler Alep

Après plusieurs jours de siège, les insurgés sont parvenus à s’emparer du barrage Techrine à l’est d’Alep entre les provinces d’Alep et celle, plus à l’est,de Raqqa, a rapporté l’OSDH.

Mais, ce contrôle n’est pas d’une réelle importance, vu le déploiement massif de l’armée syrienne dans les environs de l’aérodrome consacré à l’atterrissement des hélicoptères militaire.

En plus, une vidéo d’origine rebelle reconnait qu’une partie du barrage est contrôlée toujours par l’armée syrienne ; voici le lien de cette vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=TS_zONcEoEA&list=UU4jtbSopzqaaEn2hNLnUD5Q&index=3&feature=plcp

Et une autre de même origine montre l’entrée du bâtiment de ce barrage et un homme se présentant en tant que membre de la brigade al-Tawhid disant que des soldats syriens se sont repliés sur la colline voisine :

http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=X4Q6PNivpb4

En effet, la centrale électrique est importante dans la mesure où c’est un barrage portant une route. Cette route ne semble pas entièrement coupée selon l’aveu même des rebelles.

D’autre part, les barbus de la brigade de Tawhid ont lancé il y a quelques jours une opération nommée Batailles des fossés (en référence à celui de prophète contre les mécréants de la Mecque) Alep à commencer par « une école militaire qui va ouvrir la route d’Alep vers le nord » selon leur officier ainsi que pour protéger l’Islam et voici leur déclaration :

http://www.youtube.com/watch?v=D_YRR2x0vxw

http://www.youtube.com/watch?v=WnUYFOCbjmY

Il est à remarquer que ce soi-disant officier de Tawhid qui lance des menaces contre les officiers de l’école militaire (qui se trouve dans Moussalamaniya), non seulement n’a pas vraiment le type syrien (la peau trop foncée), mais il ne parle pas avec l’accent syrien non plus.

Et voici comment ces messieurs se préparent pour attaquer cette école militaire :

http://www.youtube.com/watch?v=7zKWIVjDlC8

À Idleb, la traque des rebelles se poursuit

Selon al-Manar, l’armée syrienne a poursuivi les rebelles à Idleb, détruisant leurs abris dans les villages de Fayloun, Kafr Rouhine, Bkafloune, et Kourine, tuant plusieurs d’entre eux et confisquant des quantités d’armes. Par ailleurs, des unités de génie de l’armée ont démantelé 15 charges explosives pesant entre 75 et 100 kg, et préparées pour exploser à distance sur la route principale de Jisr al-Choughour dans le rif (région) d’Idleb.

Homs : le Front al-Nosra essaye de remplacer le vide laissé par la brigade al-Farouq

Le site (pro-gouvernemental) Shukumaku, dans son édition du jeudi 29 novembre, l’armée syrienne a mené plusieurs opérations sécuritaires contre les rassemblements des miliciens du front al-Nosra, branche d’al-Qaïda, notamment dans le quartier Khaldiyeh, et dans celui de Bab Houd dont elle contrôle désormais plusieurs parties importantes ainsi que dans la rue al-Khandaq, proche de Souk al-Madinah. De même, Shukumaku signale des accrochages ce jeudi dans le quartier al-Qarabis.

Par ailleurs, selon al-Manar, l’armée a bombardé une usine pour fabrication d’armes locales et de charges explosives et détruit 6 véhicules équipés de mitrailleuses antiaérienne et un centre de communications utilisé par les terroristes.

Tentatives d’infiltration de rebelles depuis le Liban déjouées

Selon Sana, une unité de l’armée syrienne a déjoué trois tentatives d’infiltration de terroristes depuis le Liban dans le rif de Talkalakh (sur la frontière du Nord-Liban) avant-hier. « Ils avaient ouvert le feu sur un poste de l’armée alors que le deuxième groupe avait essayé de franchir les frontières sur des motos mais les forces syriennes les ont empêchés » disait-il.

Par ailleurs et selon l’AFP cette fois, 21 activistes armés libanais, membres d’un groupe radical sunnite de Tripoli, qui tentaient d’entrer en Syrie, dans ce même secteur de Talkalakh, pour porter assistance à l’insurrection syrienne ont été tués dans l’après-midi de vendredi 30 novembre dans une embuscade de l’armée syrienne. Et voici leurs photos :

http://syria-politic.com/ar/Default.aspx?subject=1156#.ULmNL2cjvIU

Deir Ezzor : opérations de ratissage dans deux quartiers, Jubeileh et Hayy al-Mwazzzafine

L’armée continue ses opérations de ratissage dans les deux quartiers qui pâtissent d’une présence des miliciens armés qui terrorisent les habitants, les chassent de chez eux, et volent leurs biens ou détruisent purement et simplement leur maison, comme l’explique dans la vidéo ci-dessous cette femme du quartier al-Mwazzafine, en colère contre eux qui sont rentrés chez elle, lui « volant son argent, détruisant sa maison, le fruit de toute une vie, même les matelas n’y sont pas échappés ».
Sur le mur, on peut lire les noms de ces brigades « Byareq al-Haq, Ahfad al-Farouq ou celle Mouaz al-Rakkad, ASL écrits sur un bus.

L’armée a découvert une fosse commune, saisi des armes et a tué plusieurs membres de ces brigades parmi lesquels Fida al-Hit, Khedr Abbas, Mohammad al-Khaled, Ahmad Ali Hassoun, Saad Mahmoud, Omar Taleb et Mahmoud Haj Hussein.

Le soldat dans la vidéo dit que l’opération va continuer jusqu’au nettoyage complet de ces deux quartiers. Et voici le reportage qui a été réalisé le mardi 27 novembre :

http://www.youtube.com/watch?v=NwWnrQ3Md6Y&feature=share

Hassaké, les habitants témoignent

Hassaké, une ville calme du nord-est syrien qui mène une vie paisible. Cependant, depuis quelque temps comme le disent les habitants, les gens souffrent du manque de produits nécessaires comme la farine, la levure, l’essence… dû selon eux « aux groupes terroristes qui coupent parfois les routes empêchant ainsi l’arrivée de ces produits ». Reportage de la chaine Alikhbaria, le 28 novembre :

http://www.youtube.com/watch?v=55dbpIQDHu4&list=UUuD15-hA3hh_qX7YqwHrgag&index=5&feature=plcp



Contre qui les soldats syriens combattent

Des massacreurs et des égorgeurs…

Un autre lien vidéo qui témoigne une fois de plus de la nature profonde (encore qu’affichée) de ces soi-disant défendeurs de la liberté en Syrie. Cette fois, la scène a été récemment filmée, par les intéressés, à Alep, et nous montre quelques moudjahidines se présentant comme des membres de la brigade islamiste ASL al-Tawhid avec notamment « Ahmad, le monsieur djihadiste » (selon l’intitulé de la vidéo) qui dit que « Liwaa al-Tawhid encercle une école militaire » et lance cet ultimatum aux cadets de l’école et à leurs officiers : « Rendez-vous ou vous serez égorgés car il n’y a pas un troisième choix » ; et pour montrer qu’ils sont sérieux, un des leurs rejoint la geste à la parole en exhibant un couteau et la vidéo se termine par le rituel « Allah Akbar ! » :

http://www.youtube.com/watch?v=mnnsptVmznY

Et l’islamisme de l’ASL pousse ses membres de la brigade Tawhid à casser des jolies statuettes dans un restaurant à Alep car l’Islam – leur Islam – le réclame :

http://www.dailymotion.com/video/xvhkll_yyyyy-yyyy-yyyyyyy-yyyyyyyy-yy-yyy-yyyyyy-yyyyyyyy-yy-yyy-yyyyyyy-yyyyy-yyyy-yyyyy_news

Cette cruauté massacrante des rebelles est devenue impossible à cacher totalement, même dans nos médias français. En l’occurrence, c »est le quotidien gratuit 20 Minutes qui sauve l’honneur de la presse, si constamment mis à mal par Le Monde et Libération, en consacrant un article à de nouvelles exactions des « résistants » si chers à notre gouvernement. Intitulé « Un rebelle syrien se filme en train d’exécuter dix prisonniers« , en voici le texte :

« Un rebelle syrien s’est semble-t-il filmé en train d’exécuter des prisonniers désarmés. La vidéo, mise en ligne sur le site YouTube, a été tournée au moyen d’une caméra apparemment fixée sur son arme. On y voit dix hommes en tee-shirt blanc et treillis, couchés face contre terre. L’un d’eux dit d’une voix suppliante qu’ils sont pacifiques, se lève et se dirige vers la caméra. Sur la bande son, on entend alors une détonation puis on voit cet homme retourner à sa place, un bras ensanglanté. La suite de la vidéo montre l’exécution des dix prisonniers. »

Qu’un journal aussi lu que 20Minutes donne cet éclairage sur la « révolution syrienne » est un signe supplémentaire de la fin de l’ »état de grâce » des rebelles dans l’opinion française, même si les médias bobo-atlantistes, de Canal+ à Libération, continuent mécaniquement de faire leur propagande.

http://www.20minutes.fr/ledirect/1053732/rebelle-syrien-filme-train-executer-dix-prisonniers

Des tueurs d’artistes et de journalistes…

Selon le chef du bureau de la chaine al-Alam à Damas, Hussein Mortada (blessé à deux reprises), ses bureaux ont été la cible de plusieurs obus mortiers ces derniers jours alors que lui-même fait l’objet de menaces de morts. En même temps, un deuxième engin explosif déposé à proximité des bureaux de la chaine a été démantelé. Mortada accuse les miliciens de vouloir taire cette chaine pour avoir la liberté de raconter les mensonges qu’ils veulent.

De même, l’ADN démocrate de l’ASL la pousse à réclamer la tête de la jolie et la célèbre actrice syrienne Soulafa Fawakherji, accusée d’être (elle aussi !) une « chabbiha ». Pourtant, la belle actrice refuse de quitter le pays. En effet, l’ASL voit des chabbihas partout et plusieurs journalistes, acteurs, universitaires et savants, enseignants ou de simples fonctionnaires et dignitaires religieux ont déjà payé de leur vie cette accusation. Leur dernière victime en date est le jeune journaliste Bassel Youssef, assassiné la semaine dernière.
http://www.almanar.com.lb/french/edimg/2012/MoyenOrient/syrie15/soulafa_fawakhirgi.jpg

Des recruteurs d’enfants…

Dans un lien vidéo filmé à Douma, dans la banlieue nord-est de Damas qui montre la manipulation des enfants trop jeunes, le commentateur adresse « un message au monde entier pour qu’il regarde comment les révolutionnaire ont transformé les missiles d’Assad en jouet pour les enfants » (sic). Les images parlent d’elles-mêmes :

http://www.youtube.com/watch?v=KTSK7_lh17M&list=UUF-v9nwMlN2q00ChECx_isQ&index=1&feature=plcp

Rappelons que dans son dernier rapport, l’ONG (peu favorable au gouvernement syrien) Human Rights Watch accuse l’ASL d’envoyer des mineurs au combat, alors que de tels agissements sont pourtant considérés, selon le droit international, comme un crime de guerre.

« Des enfants de 14 ans ont servi dans au moins trois brigades de l’opposition, en transportant des armes, de l’équipement et en faisant le guet, et des enfants de 16 ans ont porté les armes et joué un rôle dans les combats contre les forces gouvernementales »affirme l’ONG dans un communiqué. HRW affirme avoir interrogé cinq jeunes de 14 à 16 ans qui ont di avoir servi les rebelles à Homs, Deraa, ainsi qu’à Kherbet al-Joz, localité de la province d’Idleb près de la frontière turque.

Toujours selon HRW, le « Centre de documentation des violations des droits de l’homme en Syrie » fait état d’au moins 17 enfants tués au combat en dans les rangs de l’ASL et de nombreux blessés et invalides à vie ». Qu’en pensent Fabius et sa poupée ventriloque Hollande ?


L’information a été reprise en France par le Point, qui consacre un article à ce sujet dans son numéro de vendredi 30 novembre « Syrie : les enfants-soldats de l’opposition « . On y lit cette analyse de Jean-Yves Moisseron, chercheur à l’institut de recherche pour le développement (IRD) et rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek, selon laquelle « ces abus sont sans doute favorisés par le manque de coordination et de commandement central entre les différentes factions combattantes qui composent l’ASL », question qu’Infosyrie a évoquée plus d’une fois mais il a fallut 20 mois à nos médias pour en parler.

Des pilleurs et dépeceurs du patrimoine syrien…

Un lien vidéo diffusé par des rebelles appartenant à la brigade Assifat al-Chamal (Tempête du nord), montre ces révolutionnaires patriotes en train de voler des matériels de forage du pétrole. En effet, les valeureux révolutionnaires syriens nous annoncent fièrement, le 27 novembre que « des camions syriens transportant ces matériels sont en train de traverser la frontière turque pour les offrir au Qatar ! » sans oublier de nous préciser que « l’ASL a « libéré » ces matériels aux mains des gangs d’Assad les transportant par la suite dans des camions via la Turquie qui va leur donner à notre pays frère, le Qatar ! »

http://www.youtube.com/watch?v=EEVQPqdrDME&feature=share

Il est à signaler qu’il s’agit de la même brigade qui a enlevé les pèlerins libanais sur leur chemin du retour de l’Iran à la frontière turque.

À notre modeste connaissance, aucune révolution n’a été si insensée, si manipulée, si tragi-comique que la révolution syrienne.

Et nous terminons avec le Journal de la Syrie, édition française de la télévision syrienne, du 29 novembre :

http://www.youtube.com/watch?v=Vqm8mQkYPoM

Et un autre de la télévision syrienne sur les derniers développements des opérations militaires pour ce vendredi 30 novembre :

http://www.youtube.com/watch?v=tah7nUw6sZ0&feature=autoshare